À propos de nous

Logo  Bourses postdoctorales Banting

Le Programme de bourses postdoctorales Banting  s'inscrit dans une stratégie plus vaste visant à accroître la capacité du Canada d'exceller en recherche. Il fait partie d'une série de programmes prestigieux de renforcement des capacités de recherche allant d'un soutien initial aux étudiants des cycles supérieurs, grâce au Programme de bourses d'études supérieures du Canada Vanier, à des bourses de formation postdoctorale, dans le cadre du Programme de bourses postdoctorales Banting, puis à du financement menant à l'avancement de la carrière universitaire, au moyen du Programme des chaires de recherche du Canada, niveaux 1 et 2, et enfin à l'apogée de la carrière avec le Programme des chaires d'excellence en recherche du Canada) et le Fonds d'excellence en recherche Apogée Canada, ce dernier annoncé en 2014.

Ensemble, ces programmes visent à élargir le bassin de personnel de recherche hautement qualifié au Canada et à faire de notre pays une nation reconnue mondialement pour la qualité de sa recherche et de sa formation en recherche. Ils s'ajoutent à d'autres moyens de formation, y compris les programmes de bourses postdoctorales financées par les trois organismes subventionnaires fédéraux (les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)).

Le Programme de bourses postdoctorales Banting permet à des chercheurs hautement motivés et compétitifs de réaliser leur plein potentiel et d'avancer dans leur carrière. Après avoir terminé leur stage, les boursiers Banting seront bien placés pour contribuer à l'expansion continue de la capacité de recherche du Canada et à sa prospérité économique et sociale.

À propos de nous

Bourses postdoctorales Banting : Devenez un chef de file en recherche (Transcription)

Introduction :
Le Programme de bourses postdoctorales Banting du gouvernement du Canada offre du financement aux meilleurs candidats postdoctoraux, au niveau national et international, afin qu'ils contribuent à l'essor économique, social et scientifique du Canada.

Appel de propositions maintenant ouvert

Texte :
« Lancez-vous en recherche uniquement si c'est plus fort que vous… La force de votre conviction vous poussera à renoncer à tout et à vous consacrer à la recherche pour apaiser votre esprit. »
- Sir Frederick Grant Banting

Texte :
Sarah Yakimowski
Boursière Banting 2016-2017

Université Queen's
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)

Sarah Yakimowski :
La bourse Banting a vraiment élargi ma perspective sur la façon dont je peux appliquer mes vastes connaissances en écologie de l'évolution à un large éventail de problèmes environnementaux auxquels le monde est actuellement confronté, et sur la façon dont nous, les biologistes, pouvons contribuer à mieux faire comprendre l'interdépendance entre les objectifs humains et les objectifs de préservation de la biodiversité, ainsi que tous les facteurs écologiques et génétiques qui interviennent dans la prise de décisions de gestion de notre planète dans l'avenir.

Texte :
Saima Hassan
Boursière Banting 2013-2014
Université de Montréal, CRCHUM et Institut du cancer de Montréal
Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Saima Hassan :
Je crois que la bourse Banting a joué un rôle crucial dans le lancement de ma carrière en tant que membre du personnel de recherche. Les travaux que j'ai menés dans le cadre de ma bourse postdoctorale Banting m'ont aidée à préparer le terrain. Mes recherches portaient sur l'étude in vitro de lignées cellulaires dérivées du cancer du sein, grâce auxquelles j'ai pu examiner l'efficacité de différents inhibiteurs des PARP. Les inhibiteurs des PARP sont des médicaments à prise orale qui ciblent le mécanisme de réparation de l'ADN. Le problème réside en ceci : à l'heure actuelle, les patientes atteintes d'un cancer du sein triple négatif ne peuvent être traitées qu'au moyen de trois ou quatre types de chimiothérapie. Les patientes subissent donc beaucoup d'effets toxiques sans nécessairement tirer tous les bienfaits possibles de leur traitement. Les inhibiteurs des PARP sont des traitements ciblés dont la toxicité est moindre et qui pourraient aider ces patientes.

Texte :
Tom Ue
Boursier Banting 2015-2016

Université de Toronto
Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH)

Tom Ue :
La bourse Banting est reconnue à l'échelle internationale, et je crois qu'elle attire beaucoup d'attention sur le travail que j'ai accompli; comme je m'intéresse à George Gissing, un auteur plutôt non canonique, la bourse m'a vraiment aidé à diffuser mon travail, mais a aussi permis à d'autres de mieux connaître cet écrivain.

Saima Hassan :
Je crois que la bourse Banting est avantageuse pour tout le monde, et que les boursiers sont sélectionnés d'après leur mérite, c'est-à-dire qu'on choisit un candidat exceptionnel provenant d'un établissement exceptionnel. Quand ces deux conditions sont réunies, on favorise un contexte où le candidat ne peut que se perfectionner, tant sur le plan de la recherche que sur le plan universitaire.

Tom Ue :
J'encourage fortement les étudiants à présenter une demande de bourse Banting; c'est une excellente occasion de faire connaître son travail, et aussi, le travail que l'on souhaite accomplir dans l'avenir.

Sarah Yakimowski :
Je dirais que devant un projet qui nous intéresse vraiment et qui nous ouvre un nouveau domaine de recherche, il faut foncer, parce que nous ne savons jamais ce qui peut arriver. J'étais enthousiaste à l'égard de mon projet de recherche, mais je ne savais vraiment pas si j'avais une chance d'obtenir l'une de ces bourses. Et puis voilà, j'en ai obtenu une et j'en ai tiré une belle leçon en prime : il faut savoir prendre des risques et présenter une demande, il faut foncer. Tout est possible.

Texte : Donnez-vous les moyens de devenir chef de file en recherche au Canada
Texte : Pour plus de renseignements sur cette bourse postdoctorale, visitez le site Web des Bourses postdoctorales Banting

Photos :
Bibliothèque de livres rares Thomas Fisher de l'Université de Toronto
Archives du Toronto Star

Boursière Vanier et Banting – Dre Bouilly (Transcription)

Introduction :
L'impact de ces prix prestigieux trouve un écho chez nos anciens récipiendaires. Parmi son impressionnant répertoire de réalisations exceptionnelles, la Dre Delphine Bouilly a reçu à la fois la bourse d'études supérieures du Canada Vanier et la bourse postdoctorale Banting. Nous l'avons rencontrée pour lui parler de l'effet que ces prix ont eu sur elle, son domaine de recherche et son avenir.

Texte :
Bourses d'études supérieures du Canada Vanier

Delphine Bouilly
Boursière Vanier 2009

Bourses postdoctorales Banting
Delphine Bouilly
Boursière Banting 2015

Université de Montréal
Institut de recherche en immunologie et cancérologie

Delphine Bouilly :

Depuis un an, je suis professeur en physique à l'université de Montréal à l'institut de recherche en immunologie et cancérologie (L'IRIC). Et donc, ici je démarre mon programme de recherche comme chercheur indépendant. Donc, j'ai maintenant une petite équipe de recherche avec des étudiants et puis nous, on travaille sur le développement de nouvelles technologies, de nano-technologie pour des applications bio-médicales pour en particulier, étudier les molécules biologiques comme l'ADN et les protéines directement à leur échelle.

Nous, on est vraiment à l'interface entre les sciences physiques puis les sciences biologiques. Donc  qui nous intéresse c'est de fabriquer des circuits électriques extrêmement miniaturisés qui nous permettent, justement, d'immobiliser des molécules biologiques, une seule molécule biologique, qui peut venir s'installer, qu'on peut immobiliser sur le circuit électronique. Ça, sa nous permet de suivre, dans le fonds, ses interactions, ses changements de forme et toute son activité biochimique à travers le temps. Donc ça, c'est un outil qu'on pense qui va être intéressant pour comprendre le fonctionnement des molécules biologiques puis leurs rôles dans la santé, entre autre.

Beaucoup de ce que je fais maintenant comme professeur, comme chercheur, c'est des idées qui ont germées pendant mon post-doctorat. Pendant que j'avais l'opportunité de la bourse Banting. C'est vraiment à ce moment là que j'ai commencé à explorer moi-même certaines idées, à essayer des formes de prototypes, des formes de projets qui m'ont amené aujourd'hui à ce que je fais. Donc à mélanger un peu le domaine dont je viens, la physique avec des applications plus à l'extérieur, au niveau de la biologie. C'est vraiment à ce moment là que c'est né.

Absolument, d'y aller! Ça, il n'y a pas de question, c'est un programme qui est vraiment bien fait, ni serait-ce-que la manière que c'est conçu: il fait proposer un projet, qui est plus large que juste un projet de recherche, c'est vraiment un projet de formation. Puis ça c'est vraiment intéressant, ne serait-ce de préparer le projet lui-même puis après de le mettre en action. C'est encore plus intéressant. Mais définitivement, il n'y a pas de raisons de ne pas appliquer, puis de ne pas aller de l'avant avec ce programme là. Il y a juste des bénéfices à le préparer et à de le recevoir, évidemment.

Être où je suis en ce moment, c'est vraiment un rêve qui se réalise. Ça c'est certain. D'avoir ce travail là où je peux enseigner la science, faire de la recherche de haut niveau, travailler avec mes étudiants maintenant, qui sont fantastiques puis qui travaillent super fort. Puis d'échanger avec eux, de les aider à amener plus loin, puis de découvrir des nouvelles choses à propos de la nature. Il n'y a pas grand chose que pourrais demander de plus au plan professionnel.

Texte : Donnez-vous les moyens de devenir chef de file en recherche au Canada
Pour plus de renseignements sur cette bourse d'études supérieures, visitez le site Web des Bourses d'études supérieures du Canada Vanier
Pour plus de renseignements sur cette bourse postdoctorale, visitez le site Web des Bourses postdoctorales Banting

Date de modification :