Supipi Kaluarachchi Duffy

Établissement d'accueil

Université de la Colombie-Britannique

Organisme subventionnaire

IRSC

Description du projet

Dresser une carte des changements génétiques pour traiter le cancer

La chimiothérapie représente l'une des armes les plus puissantes dont nous disposons pour traiter le cancer. Malheureusement, elle s'attaque aussi aux cellules saines et peut causer des effets secondaires graves. Des chercheurs du laboratoire Hieter de l'Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, espèrent mettre au point une approche ciblée, qui tire profit des changements génétiques que présente le cancer. En l'occurrence, ils tentent de déterminer quelle combinaison de changements génétiques peut venir à bout des cellules cancéreuses, et ce, de manière sélective. Leurs résultats seront déterminants pour mettre au point de nouveaux médicaments mieux ciblés pour lutter contre le cancer.

Les cellules cancéreuses présentent souvent de multiples mutations ou changements génétiques qui compromettent la stabilité du génome, mais on ignore encore si cette instabilité est la cause ou la conséquence du cancer. Dans un projet qu'elle dirige, la Dre Supipi Kaluarachchi Duffy utilise des analyses génétiques à grand débit pour provoquer la surproduction des gènes de la levure, un par un, afin de déterminer quels gènes assurent la stabilité du génome. Elle établira ensuite quels changements génétiques la levure et les cancers humains ont en commun, puis elle se servira de ces conclusions pour trouver des cibles génétiques secondaires. La levure est un excellent organisme modèle pour ce travail, car elle possède plusieurs des voies biologiques fondamentales essentielles à la vie.

« La première étape consiste à établir la distinction entre un gène dont la surproduction contribue à l'instabilité du génome  et un gène qui n'a aucun effet », de dire la Dre Duffy. « Résultat : une chimiothérapie plus ciblée à des doses plus faibles et causant moins d'effets secondaires ».

Date de modification :